Navigation – Plan du site
Editorial

A la veille du 28ème congrès de l’AIPU de Mons en Belgique, une bonne nouvelle : la reprise est là !

Nicole Rege Colet

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Il y a six mois, je m’inquiétais pour l’avenir des publications en français dans le domaine de l’enseignement supérieur et de ses pratiques pédagogiques. RIPES, comme d’autres revues scientifiques francophones, doit faire face à un double défi, celui de soutenir la qualité des textes publiés et celui de mener une entreprise éditoriale répondant aux standards scientifiques internationaux avec une équipe de quasi bénévoles. Nous gardons le cap et, depuis cinq ans, nous arrivons à tenir l’objectif de sortir deux numéros par an. Or, on dirait que mes inquiétudes ont été entendues car, six mois plus tard, RIPES se trouve dans une toute autre configuration : un premier numéro thématique portant sur l’innovation dans l’enseignement supérieur est sorti en avril 2014, voici le deuxième numéro et, pour la première fois, nous aurons cette année trois numéros car le troisième est déjà pratiquement prêt à être publié.

2Le présent numéro est un peu spécial non pas parce qu’il est annonciateur de la reprise – bien que cela soit une excellente nouvelle à propager - mais parce qu’il commence par rendre hommage à une figure importante de l’AIPU, Jean Demal, qui vient de nous quitter. C’est à Michel Delhaxhe, fidèle secrétaire général de l’AIPU international pour encore quelques jours et aussi ami proche de Jean Demal et de sa famille, que revient l’honneur de nous rappeler l’importance qu’il a jouée dans la création de l’AIPU et son soutien indéfectible à ses activités. Rappelons, en particulier, sa contribution généreuse lors des congrès avec le prix Jean Demal qui récompensait les meilleures présentations de participants venus des pays du Sud. Il a toujours tenu à ce que l’AIPU soutienne des collaborations Nord-Sud, une démarche qu’il qualifiait comme un fondamental de l’esprit AIPU.

3Cette édition comprend six articles et une recension de livre. Les thèmes ne sont sans doute pas ceux que Jean Demal aurait plébiscités autrefois puisqu’il n’y a pas de comptes rendus d’expériences provenant des pays du Sud. Ce n’est pas bien grave, car la collection, ici réunie, reflète des thématiques centrales aujourd’hui, à savoir la motivation des étudiants, l’émergence de leur projet personnel et ce qui participe à leur réussite en première année. Nous saluons la présence de quatre articles provenant de France, signe que la toute jeune AIPU France est très active et présente sur la scène de la pédagogie universitaire. La création de la section AIPU France est le tout dernier projet que Jean Demal a soutenu ardemment et cette publication plus centrée sur les expériences menées en France est une autre manière de rendre hommage à ses efforts sans relâche pour que la France puisse prendre sa place dans les débats sur la qualité de l’enseignement supérieur et sur ses pratiques d’enseignement centrées sur les apprentissages des étudiants.

4Le premier article de Dominique Lagase-Vandercammen de l’Institut des hautes études des communications sociales de Bruxelles et de l’Université catholique de Louvain en Belgique et de Jean-Pierre Boutinet des universités de l’Ouest à Angers, de Sherbrooke au Canada et de Paris Nanterre en France porte sur le projet personnel de l’étudiant. En questionnant des étudiants, ils partent à la recherche des incidents critiques positifs et/ou négatifs qui forgent le projet personnel de l’étudiant et qui influencent sa motivation et sa persévérance aux études.

5Le second article se situe également au cœur de la problématique du projet personnel de l’étudiant avec une analyse de la mise en place du plan réussite en licence, un projet national en France pour favoriser la réussite en première année. Cathy Perret de l’Université de Bourgogne s’intéresse aux leçons que l’on peut tirer du suivi du plan réussite licence tel qu’il a été mis en place dans son établissement. Elle montre toute la difficulté à séparer les points de vue des enseignants et ceux des étudiants pour établir un bilan impartial susceptible de contribuer à l’amélioration d’un tel programme et de favoriser l’atteinte des objectifs en termes d’apprentissages des étudiants.

6Dans la même foulée, Muriel Henry et Maryse Bournel Bosson, toutes les deux également de l’Université de Bourgogne, s’intéressent à la professionnalisation des formations dans l’enseignement supérieur, une démarche importante en France dans le cadre du redéploiement de l’offre de formation. Elles examinent comment les concepteurs de programmes se mettent au travail pour assurer la cohérence pédagogique entre les intentions de formation, les dispositifs de formation et les modalités pédagogiques proposées aux étudiants. Elles retiennent que la communication et la concertation entre tous les acteurs concernés sont les clés d’une ingénierie pédagogique qui respecte à la fois les nouvelles orientations pédagogiques en se focalisant sur les apprentissages des étudiants.

7Sylviane Bachy, de l’Université catholique de Louvain en Belgique, présente une partie des résultats de sa recherche doctorale portant sur le savoir technopédagogique disciplinaire des enseignants. S’inspirant des traditions de recherche qui s’efforcent de décomposer et de décrire le savoir enseigner des enseignants universitaires, elle développe un nouveau modèle qui contient une quatrième dimension en lien avec les connaissances technologiques. Son travail consiste à mettre à l’épreuve son modèle conceptuel en administrant un questionnaire auprès d’un groupe d’enseignants dont elle connaît les profils. Les premiers résultats sont très prometteurs et invitent à tenir compte des connaissances technologiques dans les programmes de développement professionnel proposés aux enseignants.

8Le cinquième article nous ramène en France : Sylvain Dernat de VetAgro dans la région lyonnaise et Arnaud Siméone de l’Université Lumière à Lyon s’intéressent au choix de spécialisation des étudiants inscrits dans une formation de vétérinaire. Ils cherchent à expliquer la désaffection de la filière vétérinaire rurale à partir des représentations socio-professionnelles des étudiants. Selon leur étude, les expériences vécues pendant les stages joueraient un rôle déterminant dans la construction de l’identité professionnelle et donc, par conséquence, dans le choix de la filière.

9Le dernier article de Thomas Huoy de Télécom Paris Tech et de ses partenaires de l’entreprise Studyka, Yohan Attal et Yohann Melamed, étudie la propension à l’interdisciplinarité chez des étudiants collaborant ensemble à la réalisation d’un projet innovant dans le cadre d’un appel à projets lancé via la plateforme Studyka. Leur étude s’intéresse à la composition des équipes, aux critères pouvant expliquer le choix des partenaires et à l’importance de l’interdisciplinarité dans les résultats obtenus, notamment le fait d’accéder à la finale d’un concours en projets innovants organisé par une entreprise.

10Une recension de livre vient clore ce numéro : Réussir sa première année en médecine, sciences, sciences de la santé, ingénierie. Avec cet ouvrage nous bouclons notre tour d’horizon des enjeux de la réussite des étudiants. La recension invite à prendre connaissance de la boîte à outils d’accompagnement méthodologique que Mireille Houart de l’Université de Namur a développée avec succès au cours des dernières années dans son établissement.

11Strasbourg, le 7 mai 2014
Nicole Rege Colet

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Rege Colet, « A la veille du 28ème congrès de l’AIPU de Mons en Belgique, une bonne nouvelle : la reprise est là ! », Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [En ligne], 30-2 | 2014, mis en ligne le 10 mai 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ripes.revues.org/837

Haut de page

Auteur

Nicole Rege Colet

Rédactrice en chef

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
  • Logo Association internationale de pédagogie universitaire
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org