Navigation – Plan du site
Editorial

Editorial

Hervé Platteaux et Mallory Schaub

Texte intégral

1Ce numéro thématique « Innover dans l’évaluation des apprentissages : pourquoi et comment ? » trouve ses sources dans la première journée scientifique organisée par la section suisse de l’Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU) qui a eu lieu le 8 septembre 2009 à la Haute Ecole Pédagogique du canton de Vaud à Lausanne.

2Un groupe de travail, constitué de Denis Berthiaume (Université de Lausanne), Gabriel Eckert (Haute école spécialisée de Suisse occidentale), Hervé Platteaux (Université de Fribourg) et Nicole Rege Colet (Haute école spécialisée de la Suisse italienne), avait organisé la rencontre. Cette journée a réuni pas moins de 80 personnes venues écouter 6 présentations abordant l’évaluation des apprentissages sous différents angles de vue : celui de l’enseignant, du chercheur ou encore du conseiller pédagogique.

3Compte tenu du vif succès de cette journée et de l’intérêt porté à cette thématique pour le moins sensible, il a été décidé de lui donner une suite. L’idée retenue a été de constituer un numéro thématique de la revue RIPES qui rassemble des articles basés sur les présentations faites durant la matinée de la journée scientifique. Regrouper ainsi ces articles paraissait intéressant à plus d’un titre. Ils témoignent d’abord de la variété des regards que les praticiens portent sur l’évaluation des apprentissages, à partir d’expériences de terrain faites dans différentes institutions d’enseignement supérieur en Suisse romande. Ils donnent également une vision de quelques-unes des innovations qui sont mises en œuvre aujourd’hui en matière d’évaluation des apprentissages.

4De plus, ce numéro thématique a aussi pour ambition de faire en sorte que les analyses et les réflexions faites par les auteurs des articles dépassent le cadre de l’expérience pratique et de l’étude de cas. Ce recueil cherche à pousser le lecteur plus loin dans une réflexion sur les principes mêmes qui fondent l’évaluation des apprentissages et sur les outils au service de l’évaluation comme, par exemple, la grille d’évaluation critériée.

5Nous espérons que ce numéro thématique non seulement permettra aux lecteurs de profiter des apports concrets de chaque article, ancrés dans le terrain, mais aussi suscitera des transferts, après reconceptualisation ou modélisation, vers la pratique. Ce recueil s’inscrit dans la continuité de la journée qui, loin d’adopter une perspective normalisante ou prescriptive, privilégiait l’ouverture sur la diversité des approches et pratiques de l’évaluation.

6Le rassemblement des articles a fait ré-apparaître une tension structurante forte au sein de l’enseignement supérieur en matière d’évaluation des apprentissages, le rapport entre objectivité et subjectivité. Force est de constater un équilibre instable entre, d’une part, le souhait de conserver les indéniables atouts de l’analyse contextuelle, de la prise en compte de l’expérience et d’une certaine liberté de pratique souvent associés aux approches subjectives et, d’autre part, les tentatives de sortir de la subjectivité au profit d’une évaluation constante, transparente et équitable. Partant de ce constat, Marc Romainville, des Facultés universitaires de Namur, qui avait assuré la conférence d’ouverture de la journée scientifique à Lausanne, s’est alors prêté au jeu d’écrire l’article introductif sur l’objectivité et la subjectivité dans l’évaluation des acquis des étudiants. Le numéro thématique propose ensuite les articles suivants.

7Noël Cordonier, professeur HEP en didactique du français à la Haute école pédagogique du canton de Vaud (Lausanne, Suisse), nous propose une réflexion sur l’enseignant-évaluateur. Il observe, plus particulièrement, comment l’image du sujet enseignant, évoqué par un référentiel de compétences, s’articule avec la tâche d’évaluateur à travers un protocole de certification. Un référentiel de compétences, passé sous la loupe de l’auteur, offre un terrain de réflexion propice aux questions suivantes : comment l’enseignant assume-t-il son rôle d’évaluateur ? Ne masque-t-il pas, derrière les critères et les grilles, sa crainte ou celle de tout formateur, d’une subjectivité inévitable dans ce rôle ?

8Anne Clerc et Daniel Martin travaillent également en tant que professeurs-formateurs à la Haute école pédagogique du canton de Vaud. Avec leur article, ils touchent la problématique de la formation des futurs enseignants en matière d’évaluation des apprentissages, et plus particulièrement, celle de l’auto-évaluation de la pratique d’enseignement. Les auteurs présentent un dispositif formatif innovant et en analysent à la fois la qualité formative et l’impact sur la pratique enseignante.

9Jérôme David et Thomas David, respectivement assistant et professeur à l’Université de Lausanne, et Denis Berthiaume, conseiller pédagogique de cette même institution, nous donnent à réfléchir, quant à eux, sur les apports d’une grille critériée dans le processus d’évaluation. Ils décrivent la construction et l’utilisation d’une telle grille dans la perspective de l’analyse nécessaire de la « preuve d’apprentissage ». Non sans mettre en avant les limites d’un tel outil dans sa capacité de dé-subjectiver le travail d’interprétation des preuves de l’apprentissage, ils relèvent le rôle fondamental de cette grille pour favoriser l’explicitation et la clarification du travail de l’enseignant, bien en amont déjà de l’évaluation des apprentissages.

10Patricia Kohler et Catherine Blons-Pierre, respectivement lectrice en français langue étrangère et directrice du Centre de Langues de l’Université de Fribourg, et Hervé Platteaux, conseiller pédagogique au Centre nouvelles technologies et enseignement de cette même université, analysent un test de classement en ligne. Ils décrivent les éléments du référentiel de compétences qui ont servi pour créer le modèle du test de placement. Ils considèrent ensuite l’acceptance du test automatisé, mis en place avec la plateforme d’apprentissage Moodle, en analysant les données des étudiants ayant passé le test.

11Que tous ces auteurs soient remerciés pour leur travail et leur contribution dans la production de ce numéro thématique. Et un merci particulier à Marc Romainville pour avoir construit un socle intégrateur à ces articles.

12Nous vous souhaitons une lecture enrichissante.

13Hervé Platteaux, Université de Fribourg, Centre Nouvelles Technologies et Enseignement
Mallory Schaub, Université de Genève, Secteur Formation et Evaluation

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Platteaux et Mallory Schaub, « Editorial », Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [En ligne], 27-2 | 2011, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://ripes.revues.org/495

Haut de page

Auteurs

Hervé Platteaux

Université de Fribourg
Centre Nouvelles Technologies et Enseignement

Articles du même auteur

Mallory Schaub

Université de Genève
Secteur Formation et Evaluation

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association internationale de pédagogie universitaire
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org