Navigation – Plan du site
Editorial

Éditorial

Nicole Rege Colet

Texte intégral

A l’ère de la féminisation

1Ce numéro de RIPES se distingue par le fait qu’il est exclusivement féminin ! En effet, toutes les contributions sont l’œuvre de femmes actives dans le développement de l’enseignement supérieur et de la pédagogie universitaire. Est-ce le hasard de la planification des publications ou le reflet d’un phénomène qui voit émerger de plus en plus de femmes autour des questions d’enseignement et d’apprentissage ? La féminisation des métiers de l’enseignement dans le primaire et le secondaire est observée depuis fort longtemps dans la réalité de la classe et dans les formations qui préparent à l’enseignement. La tendance ne se confirme pas, malheureusement, au niveau des fonctions dirigeantes des systèmes scolaires où les femmes restent cruellement absentes. Si, dans certains métiers, on plaide pour une augmentation du quote-part des femmes au nom de l’égalité des chances - et c’est notamment le cas pour l’enseignement supérieur où on déplore une sous-représentation grotesque des femmes dans les postes professoraux et dans des positions à responsabilité – dans le cas des métiers de l’enseignement et de la formation, une trop forte féminisation est perçue comme un risque pour la valorisation de la profession comme si la présence massive de femmes pouvait avoir une incidence négative sur la qualité de la prestation et le prestige de la profession.

2Un examen attentif de l’organisation des institutions d’enseignement supérieur montre rapidement que la présence des femmes varie selon les facultés et les disciplines. Si la présence d’étudiantes tend maintenant à dépasser celle des étudiants, le corps académique reste majoritairement masculin. Les situations les plus favorables pour les femmes se trouvent souvent au sein des sciences humaines et sociales, notamment en psychologie et en sciences de l’éducation, deux champs disciplinaires d’où proviennent une bonne partie des personnes qui font de l’enseignement supérieur et de ses pratiques pédagogiques un champ de recherches et de pratiques. Quand je regarde les participant-e-s actif-ve-s au sein de la communauté de l’AIPU, en particulier au moment des congrès, force est de saluer la présence importante de femmes qui présentent leurs résultats de recherche ou qui rendent compte de pratiques innovantes. Et de celles-ci certaines commencent à occuper des fonctions dirigeantes d’importance pour le développement de l’enseignement supérieur. C’est pourquoi le hasard de la planification permet de rendre justice au travail des femmes et de proposer à notre lectorat un échantillon représentatif des problématiques qui animent notre communauté.

3Autre hasard de la planification, Annick Rossier, Jessica Dehler, Bernadette Charlier et Hélène Füger de l’Université de Fribourg nous plongent au cœur de la dimension genre dans le monde universitaire. Elles présentent un projet mené conjointement par le Service de l’égalité et le Centre de didactique universitaire qui propose aux enseignant-e-s de leur université un module de sensibilisation aux questions genre et une grille d’auto-évaluation qu’ils ou elles peuvent utiliser pour mesurer la prise en compte du genre dans leur enseignement à travers une démarche de pratique réflexive. Les résultats du projet soulignent qu’une approche de développement organisationnel participatif, qui implique différents niveaux de l’institution, permet d’induire un changement durable et de porter à terme des innovations dans les pratiques enseignantes.

4Pascale Corten-Gualtieri, Université Catholique de Louvain, Sylvie Dony, Centre d’enseignement supérieur, de promotion et de formation continue en Brabant wallon et Haute écoles Saint Louis, et Evelyne d’Hoop, Haute école Léonard de Vinci, explorent, elles aussi, la pratique réflexive qu’elles vont mettre en relation avec le développement professionnel. Elles rendent compte d’une activité de formation continue pour des enseignants du supérieur qui invitent les participant-e-s à analyser leur développement professionnel. L’originalité de leur démarche réside dans l’explicitation du parcours professionnel à travers l’élaboration d’un dessin et le recours à une métaphore, le parcours routier. Les résultats qu’elles dégagent de leur propre analyse de pratiques et des évaluations faites auprès des participant-e-s confirment que l’approche métaphorique permet de stimuler les interactions entre collègues à propos de la pratique enseignante, de promouvoir une explicitation du parcours de formation et de renforcer les liens entre la prise de conscience du développement professionnel et la consolidation de l’identité professionnelle.

5Laëticia Gérard de l’Université de Lausanne et de l’Université de Nancy reprend, à son tour, le thème de la pratique réflexive mais du point de vue des apprentissages des étudiant-e-s. Ses recherches portent sur l’encadrement des travaux de fin d’études de master et la relation pédagogique de supervision qui lie l’étudiant-e et son directeur-trice de mémoire. L’enquête qu’elle a menée dans le cadre de son doctorat montre que la réussite de l’étudiant-e dépend de leurs compétences d’apprentissage autonome (self-learning). La réalisation du mémoire de fin d’études invite l’étudiant-e à s’affranchir d’une relation de dépendance à l’égard des enseignant-e-s pour entrer dans une démarche de construction et de production des connaissances. Elle établit, dès lors, un lien entre la réussite et la capacité d’auto-direction du mémorant, cette dernière s’appuyant en grande partie sur les compétences réflexives.

6France Landry et Georgette Goupil de l’Université de Québec à Montréal reprennent le thème de l’auto-direction et de la gestion des études à partir du cas particulier des étudiants présentant un trouble déficitaire de l’attention. Celui-ci a indéniablement des incidences importantes sur les parcours de formation et sur la réussite académique. S’il est bien connu que la démocratisation de l’accès aux études au supérieur a considérablement modifié les profils des étudiants universitaires dans une tentative louable d’offrir une plus grande égalité des chances, les institutions doivent désormais offrir des mesures d’accompagnement pour réaliser leurs objectifs d’équité. Les auteures nous présente un programme original développé à l’Université de Québec à Montréal, composé de huit modules, pour les étudiants avec un trouble déficitaire de l’attention. Les modules visent à les accompagner et soutenir dans leur projet d’études en leur permettant de s’appropriere une meilleure connaissance et compréhension de leur syndrome, de développer des stratégies d’apprentissage efficaces et d’acquérir des outils de gestion des études qui renforcent leur autonomie (self-learning).

7J’espère que le lectorat de RIPES aura plaisir à découvrir les recherches et les innovations que les femmes conduisent pour améliorer la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur. Elles sont représentatives des problématiques et des tendances dominantes dans le champ de la pédagogie universitaire et témoignent de vitalité du domaine.

8Nicole Rege Colet
Rédactrice en cheffe
Locarno, le 31 janvier 2011

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Rege Colet, « Éditorial », Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [En ligne], 26-2 | 2010, mis en ligne le 08 février 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://ripes.revues.org/396

Haut de page

Auteur

Nicole Rege Colet

Rédactrice en cheffe de RIPES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association internationale de pédagogie universitaire
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org