Navigation – Plan du site
Recension de livre

Souto Lopez, Miguel (2016), Acquis d’apprentissage et enseignement supérieur

Louvain-la-Neuve : Academia-L’Harmattan, ISBN : 978-2-8061-0271-3
Dieudonné Leclercq
Référence(s) :

Souto Lopez, Miguel (2016), Acquis d’apprentissage et enseignement supérieur. Louvain-la-Neuve : Academia-L’Harmattan, ISBN : 978-2-8061-0271-3

Texte intégral

1Cet ouvrage analyse les processus qui ont conduit à l’obligation légale, en septembre 2014, pour tous les établissements d’enseignement supérieur de définir des acquis d’apprentissage pour chacun de leurs programmes, en s’intéressant plus particulièrement aux trois universités complètes de la Fédération Wallonie-Bruxelles. L’auteur tente de saisir la manière dont des logiques différentes de discours produits par des acteurs divers (Commission européenne, pouvoirs publics, autorités académiques et pédagogues belges francophones) s’articulent et se renforcent mutuellement, alors même que ces acteurs défendent des visions différentes et parfois opposées du rôle que doit jouer l’enseignement supérieur.

2L’ouvrage est structuré en trois grandes parties. La première partie retrace les origines de la notion de compétence dans l’enseignement aux Etats-Unis. L’auteur montre que cette notion est liée aussi bien à des événements historiques (taylorisme, mouvements de l’éducation progressive et de l’école efficace, entrée en guerre des Etats-Unis en 1917 et en 1941, lancement du Spoutnik, mouvement des droits civiques) qu’aux courants de la psychologie de l’apprentissage. Cette partie s’intéresse ensuite à la diffusion internationale de la notion de compétence. En Grande-Bretagne d’abord, un modèle d’éducation permanente a été construit au milieu des années 1980. Il s’apparente fort au modèle européen d’éducation et de formation tout au long de la vie. L’auteur étudie ensuite la diffusion de la notion de compétence au Québec, en France, en Suisse romande et en Belgique francophone où un courant francophone de pédagogie s’est constitué autour de l’approche par compétences. L’auteur aborde également l’usage que certaines organisations internationales font de la compétence, notamment l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l’Union européenne. Il montre comment la compétence et les acquis d’apprentissage sont devenus les moteurs de la croissance économique dans le cadre d’une économie fondée sur la connaissance et de la politique européenne d’éducation et de formation tout au long de la vie. Celle-ci invite les systèmes d’apprentissage (formation et enseignement) et de validation des acquis d’expérience à s’organiser sous la forme d’un vaste réseau européen de production et de certification de compétences utiles sur le marché de l’emploi. Les acquis d’apprentissage sont l’élément qui permet la connexion entre les systèmes par la reconnaissance mutuelle des certifications qu’ils doivent assurer.

3Si l’on peut regretter que l’auteur se soit borné à retracer les mouvements qui ont porté les approches par compétences et par acquis d’apprentissage en laissant de côté ceux qui ont tenté d’y faire obstacle, Miguel Souto Lopez comble un manque dans littérature francophone à l’égard de cette histoire complexe, avec l’appui des textes les plus significatifs extraits d’une abondante littérature tantôt politique, tantôt administrative, tantôt pédagogique. Si les rôles d’entités ou de projets comme l’IEA, Tuning, PISA, que ce livre souligne sont bien connus des pédagogues, c’est moins le cas pour des concepts plus sociologiques qui n’en ont pas moins pesé dans cette évolution, comme le « projet de société européen » ou les notions d’État social actif et de citoyenneté active que ce projet inclut.

4La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse aux instruments européens auxquels est adossée la notion d’acquis d’apprentissage : cadre européen des certifications pour l’éducation et la formation tout au long de la vie, cadre global des qualifications pour l’espace européen de l’enseignement supérieur, système des crédits ECTS, supplément au diplôme, évaluation de la qualité de l’enseignement supérieur. Après avoir mis en évidence les logiques des instruments européens et leur présence lorsque ceux-ci ont été importés en Belgique francophone, Miguel Souto Lopez éclaire leurs liens noués par l’élément qu’ils partagent en commun : la notion d’acquis d’apprentissage. Le résultat le plus significatif est que l’importation des instruments européens participe à orienter les conduites des acteurs belges francophones vers une même direction, quelles que soient leurs justifications : l’inscription de l’enseignement supérieur belge francophone dans le vaste réseau européen de production et de certification de compétences que cherche à construire l’Union européenne.

5La dernière partie de l’ouvrage cherche à comprendre la conjoncture qui a conduit à l’apparition de l’approche par compétences et à la généralisation de l’usage des acquis d’apprentissage dans l’enseignement supérieur belge francophone. Il décrit une tranche de l’histoire de la pédagogie universitaire en Belgique francophone. Sur la base de textes et de témoignages des acteurs, cette partie approfondit les rôles du CRef, du CIUF, des pouvoirs publics, mais aussi de quelques acteurs-clés, et les processus de diffusion et d’adoption dans trois universités belges : l’Université catholique de Louvain, l’Université Libre de Bruxelles et l’Université de Liège. L’auteur montre très clairement que les acteurs belges francophones ne partagent pas la vision utilitariste de l’Union européenne, mais qu’ils cherchent plutôt à améliorer la qualité des apprentissages, à renforcer la cohérence des programmes, à clarifier le contrat didactique, à établir une relation plus claire avec l’emploi. Miguel Souto Lopez nous fait alors la démonstration d’une alliance objective entre la Commission européenne, les pouvoirs publics belges francophones, les autorités académiques des trois universités complètes et certains pédagogues, à partir de leur accord sur l’usage des acquis d’apprentissage.

6Cet ouvrage propose ainsi une analyse critique sans pour autant tomber dans le piège de la dénonciation en prenant au sérieux les discours de tous les acteurs et en cherchant à comprendre comment ils entrent en relation. Il interroge les transformations de la profession d’enseignant universitaire et de la place de l’enseignement supérieur dans la société. Après avoir étudié les discours des acteurs, cet ouvrage ouvre la voie à une analyse des pratiques réelles des acteurs, de l’usage qui est fait des instruments, des acquis d’apprentissage, et de leurs effets. Le monde académique dispose désormais d’un document de référence actualisé (jusqu’au « décret paysage ») où puiser des données (et des analyses) précises, notamment sur le processus de diffusion (et d’adoption) de ces concepts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dieudonné Leclercq, « Souto Lopez, Miguel (2016), Acquis d’apprentissage et enseignement supérieur », Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [En ligne], 33-1 | 2017, mis en ligne le 06 mars 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ripes.revues.org/1190

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association internationale de pédagogie universitaire
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org